Ce supercalculateur puissant peut désormais fonctionner à la lumière au lieu du présent électrique

En plus de rester l’un des systèmes informatiques les plus efficaces au monde et actuellement classé 105e sur la liste de contrôle du Top 500, le supercalculateur français Jean Zay est désormais le premier à disposer du HPC pour disposer d’un coprocesseur photonique.

Contrairement aux processeurs conventionnels qui utilisent l’électricité récente, le coprocesseur photonique de LightOn transmet et traite les faits en utilisant la lumière. Le coprocesseur photonique de la firme a été ajouté au supercalculateur Jean Zay dans le cadre d’un plan pilote avec GENCI et IDRIS et représente non seulement une rupture technologique mais aussi une première pour le domaine.

De manière significative, l’ingénierie de LightOn a été appliquée avec succès par un groupe de scientifiques depuis 2018.

Maintenant, cependant, son coprocesseur photonique sera facilement disponible pour trouver des acheteurs du groupe d’étude Jean Zay dans les prochains mois qui utiliseront l’appareil pour effectuer des recherches sur les fondements de l’apprentissage automatique, la confidentialité différentielle, l’évaluation de l’imagerie par satellite et le traitement du langage naturel (PNL ) travaux.

Coprocesseur photonique LightOn

Le dispositif de traitement optique (OPU) de LightOn utilise la photonique pour accélérer les algorithmes aléatoires à une très grande échelle. Cela dit, il fonctionne également en tandem avec les processeurs au silicium courants et les technologies GPU A100 de Nvidia.

L’OPU Aurora 2 de la société alimente son unité de calcul intégrée Equipment qui est conçue dans un composant de type 2U afin qu’elle puisse être rapidement et simplement intégrée dans des centres de détails ou dans ce cas, un supercalculateur. Conformément à LightOn, son équipement peut atteindre une performance maximale de 1,5 PetaOPS à 30 W TDP et peut fournir une efficacité 8 à 40 fois supérieure à l’accélération GPU uniquement.

PDG et co-fondateur de LightOn, Igor Carror a fourni une perception supplémentaire dans le logiciel pilote qui a observé son appareil intégré dans le supercalculateur Jean Zay dans une version push, déclarant :

« Cette application pilote intégrant une nouvelle technologie informatique au sein d’une personne du Supercalculateur mondial n’aurait pas été possible sans l’engagement unique d’entreprises visionnaires telles que GENCI et IDRIS/CNRS. Parallèlement à l’émergence de l’informatique quantique, cette première de l’environnement renforce notre conviction que la prochaine action immédiatement après le supercalcul exascale portera sur l’informatique hybride.

Nous avons également arrondi les PC d’entreprise idéal, postes de travail les plus efficaces et postes de travail cellulaires les plus efficaces

Grâce aux composants de Tom