Controverse « Bulli Bai » : Twitter aurait été interrogé par la police de Delhi sur les détails de l’utilisateur qui a publié pour la première fois à propos de l’application

La police de Dehli a demandé des informations à Twitter sur le compte qui a tweeté pour la première fois à propos de l’application ‘Bulli Bai’ et lui a demandé de supprimer le contenu offensant lié à la controverse, ont informé des sources lundi.

La police a également demandé des informations à la plate-forme GitHub sur le développeur de l’application « Bulli Bai ».

L’affaire enregistrée en vertu de l’article 509 (parole, geste ou acte visant à insulter la pudeur d’une femme) du Code pénal indien dans le commissariat de Cyber ​​​​Police du district du Sud-Est a désormais été transférée à Delhi Police Intelligence Fusion and Strategic Operations (IFSO) ).

L’action de la police de Delhi a été prise sur la base d’une plainte déposée par une femme journaliste au poste de police informatique, où elle a allégué que sa photo avait été téléchargée sur un site Web pour la cibler.

La plaignante a déclaré qu’elle demandait l’enregistrement immédiat du FIR et une enquête immédiate contre des inconnus qui cherchent à harceler et à insulter les femmes musulmanes sur les réseaux sociaux et sur Internet.

La police de Mumbai a également déposé un premier rapport d’information (FIR) contre des personnes inconnues sur la base de plaintes selon lesquelles des photographies falsifiées de femmes ont été mises aux enchères sur l’application « Bulli Bai » hébergée par la plate-forme GitHub.

Dimanche, le commissariat de West Mumbai Cyber ​​​​Police a déposé une plainte contre les développeurs d’applications « Bulli Bai » et les pseudonymes de Twitter qui ont fait la promotion de l’application.

L’affaire a été enregistrée contre les coupables inconnus en vertu des articles 153(A) (Promotion de l’inimitié entre différents groupes pour des motifs religieux, etc.), 153(B) (Imputations, affirmations préjudiciables à l’intégration nationale), 295(A) (Délibéré et malveillant actes visant à outrager les sentiments religieux), 354D (harcèlement), 509 (parole, geste ou acte visant à insulter la pudeur d’une femme), 500 (diffamation pénale) du Code pénal indien et l’article 67 (publication ou transmission de matériel obscène sous forme électronique) de la Loi sur les technologies de l’information.


Pour les dernières nouvelles et critiques technologiques, suivez Gadgets 360 sur Twitter, Facebook et Google News. Pour les dernières vidéos sur les gadgets et la technologie, abonnez-vous à notre chaîne YouTube,