Grofers se rebaptise Blinkit en tant que PDG, Albinder Dhindsa envisage des livraisons plus rapides

Grofers s’est rebaptisé lundi Blinkit car son PDG a promis d’accélérer les livraisons de tout, des produits d’épicerie à l’électronique dans un marché en plein essor dominé par Flipkart de Walmart et l’unité locale d’Amazon.

La société soutenue par SoftBank, qui jusqu’à présent se concentrait principalement sur les livraisons d’épicerie, possède plus de 100 magasins ou entrepôts partenaires dans huit villes à travers lesquels elle effectue des livraisons de 10 minutes aux acheteurs, a déclaré à Reuters le PDG Albinder Dhindsa.

“Nous avons vu que cela allait être l’avenir du commerce”, a déclaré Dhindsa. «Nous visons à avoir près de 1 000 marchands (partenaires) d’ici le milieu de l’année prochaine. Nous prévoyons également de nous étendre à 100 villes d’ici mars », a-t-il ajouté.

Les diplômés en ingénierie Dhindsa et Saurabh Kumar ont fondé Grofers en tant qu’épicier en ligne à la fin de 2013. Son expansion dans l’espace plus large du commerce électronique indien l’oppose directement à de formidables rivaux tels que Flipkart, Amazon et la poussée de vente au détail du magnat milliardaire Mukesh Ambani’s Reliance sur un marché dont EY s’attend à une croissance moyenne de 27% par an, pour atteindre 99 milliards de dollars (environ Rs. 7,50,811 crore) d’ici 2024.

Dhindsa a déclaré que l’entreprise, qui compte actuellement 2 000 employés, embauchera beaucoup plus d’ingénieurs. « Nous ajouterons autant de personnes que possible en fonction des besoins de notre entreprise. Nous avons embauché 700 personnes au cours des 4 derniers mois et nous cherchons à évoluer de manière très, très agressive. »

20 000 autres personnes travaillent indirectement pour l’entreprise en tant que livreurs et partenaires. Dhindsa a ajouté que Blinkit, qui compte la société d’investissement Tiger Global et la société de livraison de nourriture locale Zomato parmi ses bailleurs de fonds, évalue actuellement ses besoins en capitaux mais n’est pas pressé de lever des fonds de sitôt.

© Thomson Reuters 2021