L’Afrique du Sud s’oppose à la mise à jour de la politique de partage de données WhatsApp-Facebook

Le régulateur sud-africain de l’information a protesté contre les projets de WhatsApp de partager les données des utilisateurs avec Facebook, s’engageant à s’engager directement avec l’application de messagerie populaire pour garantir sa conformité aux lois nationales sur la confidentialité.

En janvier, WhatsApp a demandé à tous ses utilisateurs d’accepter de nouvelles conditions lui permettant de partager des informations plus privées avec sa société mère Facebook à des fins publicitaires et de commerce électronique.

La proposition a suscité l’indignation mondiale, forçant l’entreprise à retarder ses plans et à clarifier ses conditions de confidentialité et de sécurité.

La confusion généralisée concernant les projets futurs de WhatsApp s’est aggravée lorsqu’elle a annoncé que les utilisateurs de l’Union européenne (UE) ne seraient pas obligés d’accepter de partager des informations personnelles avec Facebook.

Les utilisateurs non européens, quant à eux, ont été informés qu’ils seraient partiellement coupés de l’application de messagerie s’ils n’acceptaient pas ses conditions révisées d’ici le 15 mai.

Le régulateur sud-africain de l’information (IR) a déclaré mercredi que la nouvelle politique de confidentialité violait la loi sur la protection des informations personnelles du pays.

“WhatsApp ne peut pas sans avoir reçu l’autorisation préalable de l’IR … traiter les informations de contact de ses utilisateurs dans un but autre que celui pour lequel le numéro était spécifiquement destiné à la collecte”, a déclaré l’IR dans un communiqué.

Le régulateur a ajouté qu’il était “très préoccupé” par le fait que les utilisateurs de l’UE obtiennent une protection de la vie privée plus élevée que leurs homologues en Afrique.

« Notre législation est très similaire à celle de l’UE », a noté la présidente des RI, Pansy Tlakula.

« On ne comprend pas pourquoi Facebook a adopté cette différenciation entre l’Europe et l’Afrique.

L’IR a déclaré avoir invité Facebook à « une table ronde sur les problèmes soulevés » pour assurer la pleine conformité des nouvelles conditions avec la loi sud-africaine.

Selon les nouvelles conditions, les commerçants utilisant WhatsApp pour discuter avec les clients pourront partager des données avec Facebook, permettant à la plate-forme de réseau social de mieux cibler ses publicités.

WhatsApp a défendu la politique, considérant qu’il s’agit simplement de créer de nouvelles façons de discuter ou de magasiner avec des entreprises « qui sont entièrement facultatives ».


Le Samsung Galaxy F62 est-il le meilleur téléphone sous Rs. 25 000 ? Nous en avons discuté sur Orbital, notre podcast technologique hebdomadaire, auquel vous pouvez vous abonner via Apple Podcasts, Google Podcasts ou RSS, télécharger l’épisode ou simplement appuyer sur le bouton de lecture ci-dessous.

.