Le lancement propre du James Webb Area Telescope a prolongé sa durée de vie, selon la NASA

Un lancement propre le jour de Noël pourrait aider le télescope de la salle James Webb à rester en orbite pendant plus de dix ans, selon la NASA.

Nasa

Le télescope James Webb Place doit être en mesure de rester en orbite pendant plus de 10 ans, grâce à un démarrage économe en carburant le jour de Noël, selon la NASA.

Le télescope a été embarqué à bord de l’Arianespace Ariane 5. Indépendamment de deux courtes corrections à mi-parcours, son lancement a utilisé moins d’ergols que prévu initialement. Cela permettra à l’observatoire de 10 milliards de dollars “de fonctionner en orbite pendant bien plus qu’une durée de vie scientifique de 10 ans”, a déclaré l’agence spatiale américaine dans un communiqué publié mercredi.

La correction initiale à mi-parcours était une combustion de lancement de publication raisonnablement insignifiante de 65 minutes, qui a augmenté la vitesse du télescope d’environ 45 miles par heure.

Une autre correction réduite le 27 décembre comprenait un supplément de 6,3 mph.

Recevez le bulletin électronique de CNET Science

Percez les plus grands mystères de notre monde et plus loin qu’avec la newsletter CNET Science. Livré les lundis.

Cette augmentation supplémentaire a également permis au panneau solaire du JWST de se déployer environ une minute et 50 % le suivant s’est séparé de celui d’Ariane 5, à peine 29 minutes après le lancement. Le réseau a été codé pour se déployer automatiquement, éventuellement lorsque l’observatoire est arrivé à une certaine altitude ou 33 minutes immédiatement après le démarrage, selon la première éventualité.

Du carburant supplémentaire sera utilisé pour ce que la NASA appelle des manœuvres de « maintien en station » – de petits coups de propulseur pour modifier l’orbite de Webb au moment où il atteint sa place de l’autre côté de la Terre – dans un endroit reconnu comme le deuxième niveau de Lagrange, ou L2. Il peut s’agir d’un voyage d’un million de kilomètres et devrait durer environ 6 mois.

Une fois là-bas, il commencera à renvoyer sur Terre des illustrations ou des photos non filtrées des régions les plus éloignées et les plus anciennes de la galaxie, environ 13,7 milliards d’années-lumière absentes – ce qui représente 13,7 milliards d’années en arrière dans le patrimoine, seulement 100 millions par an. longtemps juste après le Huge Bang. C’est vraiment un bond en avant par rapport au télescope Hubble, lancé en 1990 avec la navette spatiale Discovery.

heic1406c

Une comparaison des vues visible et infrarouge de Hubble de la nébuleuse de la tête de singe. Bien que Hubble ait des capacités infrarouges, ce n’est rien du tout contrairement à Webb.

NASA et ESA

Le télescope Webb a surmonté une longue liste de retards et de revers imprévus juste avant son décollage du 25 décembre, mais la NASA a indiqué que de nombreux autres composants pourraient décider de sa durée de vie opérationnelle maximale.

Voici un aperçu de la technologie étonnante utilisée dans le télescope révolutionnaire.

Spécifications du télescope James Webb Place

Un rendu 3D de la façon dont James Webb regardera en interne au moment où il sera complètement déployé.

Laboratoire d’images conceptuelles Goddard Space Flight Heart de la NASA

Miroir principal : 21,3 pieds (6,5 mètres) partout, avec 18 segments hexagonaux plaqués or qui rassemblent la lumière infrarouge. Le téléphone de la NASA appelle cela un « seau doux ».

Pare-soleil : Un parapluie en métal à 5 ​​couches de la taille d’une salle de tennis pour protéger la sonde de la chaleur du soleil, de la Terre et de la lune.

Appareil photo numérique proche infrarouge (NIRCam) : L’imageur le plus important de Webb détectera les premières étoiles et galaxies qui se sont formées.

Au voisinage du spectrographe infrarouge (NIRSpec) : Cette ressource peut utiliser les informations infrarouges pour informer les chercheurs sur les propriétés physiques telles que la composition chimique et la température des corps galactiques.

Instrument moyen infrarouge : Celui-ci possède à la fois un appareil photo numérique et un spectrographe qui peuvent détecter des objets dans la zone électromagnétique infrarouge moyen.

A proximité de l’imageur infrarouge et du spectrographe sans fente (NIRISS) : On pense que celui-ci est particulièrement pratique pour la détection d’exoplanètes.

Capteur d’assistance fine : Utilisé pour la navigation.