Sondage Facebook et WhatsApp : la Haute Cour de Delhi prononcera probablement son verdict sur l’enquête de la CCI aujourd’hui

La Haute Cour de Delhi devrait rendre son verdict jeudi sur les plaidoyers des plateformes de médias sociaux Facebook et WhatsApp contestant l’ordonnance du régulateur de la concurrence CCI ordonnant une enquête sur la nouvelle politique de confidentialité de ce dernier.

Le 13 avril, le juge Navin Chawla avait réservé son jugement sur les deux requêtes distinctes de Facebook et WhatsApp.

Tout en réservant sa décision, le tribunal avait observé que l’ordonnance de la Commission indienne de la concurrence (CCI) ne reflète pas une enquête pour abus de position dominante et semble plutôt se préoccuper des problèmes de confidentialité des consommateurs.

L’observation est venue en réponse à la position de CCI selon laquelle elle n’examinait pas la prétendue violation de la vie privée des individus qui était examinée par la Cour suprême.

CCI avait fait valoir devant le tribunal que la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp conduirait à une collecte excessive de données et à un « harcèlement » des consommateurs pour une publicité ciblée visant à attirer plus d’utilisateurs et constitue donc un prétendu abus de position dominante.

“Il n’est pas question d’erreur juridictionnelle”, avait-il soutenu et ajouté que les moyens de WhatsApp et Facebook contestant sa décision étaient “incompétents et erronés”.

WhatsApp et Facebook ont ​​contesté l’ordonnance du CCI du 24 mars ordonnant une enquête sur la nouvelle politique de confidentialité.

CCI avait également déclaré au tribunal que ce n’est qu’après l’enquête qu’il serait possible de déterminer si la collecte de données par WhatsApp et leur partage avec Facebook équivaudraient à une pratique anticoncurrentielle ou à un abus de position dominante.

CCI avait également soutenu que les données recueillies, qui incluraient l’emplacement d’une personne, le type d’appareil utilisé, son fournisseur de services Internet et avec qui elle conversait, conduiraient à la création d’un profil et d’une préférence de client qui seraient monétisés au moyen de publicité ciblée et tout cela revient à du « harcèlement ».

Les deux plateformes de médias sociaux, d’autre part, avaient soutenu que lorsque le tribunal supérieur et la Haute Cour de Delhi examinaient la politique de confidentialité, alors CCI ne voulait pas avoir « jette l’arme à feu » et est intervenue dans l’affaire.

Ils avaient également déclaré que la décision de la CCI était un abus de la compétence suo motu de la commission.
Ils ont affirmé que la CCI en l’espèce s’était « éloignée » de l’aspect concurrence et examinait la question de la vie privée qui était déjà examinée par le tribunal suprême et la Haute Cour de Delhi.

Les deux plateformes de médias sociaux avaient également déclaré au tribunal que les conversations privées continuaient d’être protégées par un cryptage de bout en bout et que WhatsApp ne pouvait pas lire ce que les gens s’échangeaient.
Ils avaient également affirmé que la plupart des données générées appartenaient à WhatsApp, car les seules données fournies par les clients étaient leur numéro de téléphone qui est nécessaire pour s’inscrire sur la plate-forme de messagerie.

En janvier, la CCI a elle-même décidé d’examiner la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp sur la base de reportages à ce sujet.


Le vieux vin OnePlus 9R est-il dans une nouvelle bouteille – ou quelque chose de plus ? Nous en avons discuté sur Orbital, le podcast Gadgets 360. Plus tard (à partir de 23h00), nous parlons de la nouvelle OnePlus Watch. Orbital est disponible sur Apple Podcasts, Google Podcasts, Spotify et partout où vous obtenez vos podcasts.