Test du Toshiba OCZ TR200 : un kit de renaissance pour un vieux ordinateur

Je n’avais pas de grandes attentes vis-à-vis du disque SSD Toshiba OCZ TR200 grâce à ses spécifications modestes. Le lecteur a en effet fini par être l’un des SSD les plus lents de mes tests formels. Mais ne l’écrivez pas tout de suite ! Si vous avez un ordinateur vieillissant et que vous souhaitez en tirer une nouvelle vie significative, lisez la suite !

Le TR200 est un disque SSD SATA standard de 2,5 pouces.

Toshiba Tr200 4

Avantages

Excellent lecteur de remplacement pour un ordinateur vieillissant

Les inconvénients

L’un des SSD les plus lents du marché

Spécifications d’entrée de gamme, logiciel utile

Toshiba m’a dit que le TR200 est censé être un lecteur « de valeur » d’entrée de gamme, et ses spécifications le montrent exactement. C’est le premier SSD que je connaisse qui n’a pas de mémoire cache, une partie matérielle qui aide à augmenter les performances.

Spécifications matérielles des SSD Toshiba OCZ TR200

Le TR200 utilise la mémoire flash 3D BiCSTLC TLC 64 couches de Toshiba. En bref, en flash 3D, les cellules de mémoire sont empilées – jusqu’à 64 couches dans le cas du TR200 – pour permettre une densité nettement supérieure à celle du type traditionnel de mémoire flash 2D planaire. Cela se traduit par plus d’espace de stockage à moindre coût.

OCZ

Le prix de détail suggéré du TR200 n’est pas le plus bas du marché, avec une moyenne d’environ 30 cents par gigaoctet, mais devrait baisser plus le disque reste longtemps sur le marché. L’endurance – la quantité de données pouvant être écrites sur le disque avant qu’il ne devienne peu fiable – est assez bonne pour un disque d’entrée de gamme. Toshiba garantit que si vous écrivez 50 Go par jour et chaque jour sur la version 240 Go du TR200, il vous faudra plus de trois ans pour épuiser son endurance. Vous pouvez obtenir une endurance double et quadruple sur les versions 480 Go et 980 Go, respectivement.

Le disque utilise la conception standard SATA 2,5 pouces et s’adaptera à toute application où un disque dur ordinaire de la même norme est utilisé. Il est livré avec le logiciel SSD Utility de Toshiba, que vous pouvez utiliser pour vérifier rapidement son état, mettre à jour son micrologiciel, etc. Le logiciel ne fonctionne qu’avec Windows, mais lors de mes tests, le TR200 fonctionne également bien avec Mac et Linux.

Performances lentes

Le TR200 n’a rien à montrer parmi les SSD récents. Dans les tests séquentiels (copie), c’était le plus lent que j’ai vu, en particulier dans les tests où il fallait écrire et lire en même temps, avec une moyenne d’environ 95 Mo/s. C’est le premier SSD que je connaisse qui a obtenu un score inférieur à 100 Mo/s dans ce test.

Score de copie SSD

Dans le test d’accès aléatoire, le lecteur a réussi à être un peu plus rapide que le WD Blue dans l’opération d’écriture, mais en lecture, il était à nouveau en bas des classements.

Score d'accès aléatoire SSD

Le test du monde réel

Dans le cadre de mon processus de test SSD, j’essaie le lecteur d’examen dans une variété d’applications, dont l’un est un ancien MacBook Pro 13″ (version mi-2009). L’ordinateur portable est si ancien qu’il ne prend pas en charge OS X plus récent qu’El Capital (10.11). Il utilise également l’ancien SATA 2 (3 Gbit/s).

À l’origine, cet ordinateur portable fonctionne sur un disque dur Fujitsu et a besoin de plus d’une minute pour démarrer complètement. Chaque application sur l’ordinateur prend des années à se lancer (exagération voulue). C’est là qu’une mise à niveau SSD apportera une nette amélioration, et j’ai soumis le TR200 au même processus pour voir comment il serait juste par rapport aux autres disques.

TR200

Si vous avez un ordinateur similaire (essentiellement n’importe quel Mac qui fonctionne toujours sur un disque dur), je vous recommande de faire de même. Le processus de remplacement était simple tant que vous disposiez d’un adaptateur USB vers SATA et d’un jeu de tournevis. Voici les étapes :

    Branchez le nouveau SSD sur l’ordinateur à l’aide de l’adaptateur USB vers SATA. Exécutez l’utilitaire de disque (recherchez-le à l’aide de Spotlight) et formatez/effacez le nouveau SSD dans la partition « OS X Extended (Journal)”. Téléchargez et installez SupperDupper ! (la version d’essai fera l’affaire) Exécutez SupperDupper ! et choisissez “Sauvegarder – tous les fichiers” du disque interne du Mac sur le nouveau SSD. Attendez que la copie soit effectuée, ce qui peut prendre un certain temps, selon la quantité de données sur le lecteur d’origine de l’ordinateur. Éteignez l’ordinateur, ouvrez son boîtier et remplacez le lecteur interne par le nouveau SSD, refermez-le. Bien que cela ressemble à beaucoup de travail, c’est assez facile tant que vous avez le bon jeu de tournevis pour votre Mac particulier.

Toshiba Tr200 2

Et le résultat était gratifiant, l’ordinateur ne prenait maintenant qu’environ 25 secondes pour démarrer, et tout se passait bien. Ce qui était le plus impressionnant, c’est le fait que l’amélioration était la même que lorsque j’utilisais le Samsung 860 Pro sur l’ordinateur portable. Le Samsung est un SSD haut de gamme qui est en tête des classements de performances et coûte beaucoup plus cher.

Conclusion

Si vous avez un ordinateur d’ancienne génération, qu’il s’agisse d’un Mac ou d’une machine Windows, un SSD coûteux ne peut pas faire grand-chose avant de rejeter le retour. Dans ce cas, un lecteur d’entrée de gamme comme le TR200 est le meilleur rapport qualité-prix. Notez que j’ai utilisé une version de 480 Go du lecteur pour cet examen, mais une version de 240 Go fonctionnera également, tant que vous avez moins de 200 Go de données sur le lecteur d’origine de l’ancien ordinateur. Pour moins de 80 $, vous pouvez maintenant conserver et profiter de votre ordinateur portable pendant quelques années de plus. C’est un investissement qui vaut chaque centime.