Zoom Rooms dirige Jeffrey Smith sur les raisons pour lesquelles les lieux de travail hybrides sont là pour rester

Le chef de Zoom Rooms, Jeffrey Smith, a partagé ses réflexions sur le travail à distance et sur les raisons pour lesquelles nous ne retournons pas dans nos bureaux comme nous le faisions auparavant, même après que la pandémie de COVID-19 soit derrière nous. Cette question oppose la commodité rentable de travailler depuis pratiquement n’importe quel endroit avec une connexion Internet stable aux avantages de travailler côte à côte avec vos collègues dans un espace physique dédié. Pour les employeurs, tout revient à choisir le modèle qui maximise la productivité de leurs employés. C’est là que Zoom voit une opportunité.

Zoom est passé de l’un des nombreux fournisseurs de solutions de visioconférence il y a environ un an à devenir aujourd’hui synonyme de travail à distance. Ses revenus ont augmenté de 369% en glissement annuel au cours du trimestre terminé le 31 janvier pour atteindre 882,5 millions de dollars (environ Rs. 6 400 crores), selon un communiqué de la société, malgré le ralentissement de l’adoption par les utilisateurs.

Il voit maintenant un avenir approchant rapidement rempli de lieux de travail hybrides. Zoom pense que même si les organisations modernes continueront d’investir dans un espace de bureau physique, le travail à distance qui se traduit par des coûts d’infrastructure réduits et une plus grande disponibilité des talents, ne sera pas abandonné. Et il présente Zoom Rooms, son service de salle de conférence basé sur un logiciel qui rassemble les smartphones, les ordinateurs et les salles de vidéoconférence sur une seule interface collaborative, comme un ingrédient clé pour que les lieux de travail modernes adoptent pleinement le modèle hybride. Contrairement à l’application Zoom, il s’agit d’un service payant à partir de Rs. 4 300 par mois pour chaque pièce, en plus du coût du matériel de visioconférence.

Jeffrey Smith, responsable des salles Zoom

Gadgets 360 a parlé à Jeffrey Smith, Responsable des salles Zoom, pour comprendre ce que la solution basée sur le cloud de Zoom, associée au matériel recommandé, offre par rapport aux systèmes de vidéoconférence traditionnels. Nous discutons de la façon dont les employés peuvent bénéficier de ses outils collaboratifs tels que le tableau blanc et la co-annotation, et comment l’entreprise prévoit de résoudre les problèmes de confidentialité des données des utilisateurs. Smith parle également de certaines nouvelles fonctionnalités introduites récemment par Zoom Rooms, qui incluent une réceptionniste virtuelle pour les bureaux, l’effectif automatique des participants lors d’une conférence téléphonique et la surveillance en temps réel de la qualité de l’air dans une pièce.

Extraits édités ci-dessous :

Gadget 360 : Donnez-nous un aperçu des nouveautés concernant les salles Zoom qui prennent en charge un modèle de lieu de travail hybride ?

Jeffrey Smith : Nous nous sommes concentrés sur la façon dont nous pouvons aider les clients à retourner dans leurs bureaux de manière sécurisée. Certaines des principales préoccupations concernaient le toucher des surfaces partagées dans les salles de conférence, la ventilation adéquate et la proximité des personnes avec d’autres personnes. Préoccupations très évidentes que l’on peut avoir en rentrant dans un bureau.

Tout d’abord, nous avons introduit la possibilité de coupler un appareil mobile personnel avec une salle Zoom pour éviter autant que possible de toucher les surfaces partagées et avoir toujours le contrôle de l’équipement de la salle. De plus, nous avons lancé la possibilité, en temps réel, de compter le nombre de personnes qui se trouvent dans une salle de conférence, puis de publier ces données sur le dispositif de planification Zoom Rooms qui est monté à l’extérieur de la salle (de vidéoconférence). Nous pouvons également mettre ces données sur le tableau de bord pour l’administrateur informatique.

Pour l’utilisateur final, cela donne des informations en temps réel pour savoir des choses comme « vais-je entrer dans un espace encombré ? » Cela aide le groupe informatique à comprendre « mes politiques de communication sont-elles efficaces pour dire aux gens que cette salle de conférence de 10 pieds ne doit être utilisée que par deux ou trois personnes ? De plus, nous pouvons surveiller, en temps réel, la qualité de l’air – quelques mesures différentes comme la température, l’humidité, les niveaux de CO2 – dans une pièce, spécifiquement alimentée par Neat Bars de l’un de nos partenaires matériels. Et ces données peuvent à nouveau être visualisées dans le tableau de bord Zoom Rooms ainsi que dans l’affichage de la planification. Il donne un retour d’information à l’utilisateur final sur l’adéquation du système de ventilation et au groupe informatique sur la planification de ses installations.

Une autre fonctionnalité intéressante que nous avons est une réceptionniste virtuelle et c’est pour un appareil Zoom Rooms for Touch (grands écrans interactifs avec vidéoconférence). Il dispose également d’un bouton d’action programmable qui peut soit appeler un véritable réceptionniste, soit aider quelqu’un à rejoindre une réunion. Cela permet aux entreprises de limiter le nombre de contacts que le personnel du hall a avec les invités lorsqu’ils entrent dans un bâtiment. Une fonctionnalité de productivité que nous avons récemment introduite est la possibilité de contrôler votre appareil de bureau à partir d’un Zoom Rooms for Touch. Alors maintenant, je peux ouvrir une présentation et contrôler mon bureau à partir du grand écran tactile.

Gadget 360 : Comment voyez-vous les espaces de bureaux se dessiner dans un futur proche ? Voyez-vous plus de réunions en face à face se produire chaque fois que les choses reviennent à la normale ou un travail à distance plus efficace ?

Jeffrey Smith : Je peux vous dire que, du point de vue des clients avec lesquels j’interagis, il existe un large spectre où certaines entreprises le considèrent comme « nous sommes à 100 % à distance et nous allons le rester et ne plus jamais revoir de bureau. ‘. Mais il y a aussi des entreprises qui ont hâte d’arriver au bureau exactement comme avant. Et puis il y a des entreprises entre les deux. Je crois que nous avons déplacé le point médian vers le travail à domicile plus que jamais par le passé. Des outils riches comme Zoom qui permettent la productivité où que vous soyez ont vraiment permis à la main-d’œuvre d’être plus distribuée qu’elle ne l’a jamais été.

Gadget 360 : Les schémas d’embauche ont-ils également évolué en faveur d’une main-d’œuvre distante ?

Jeffrey Smith : Une communication libre et ouverte permet à la main-d’œuvre d’être là où elle veut être. Et donc, cela ouvre toutes sortes d’opportunités pour les entreprises de rechercher des talents de n’importe où. L’employé peut alors effectuer son travail le plus productif où qu’il souhaite vivre. C’est absolument une nouvelle ère d’autonomisation individuelle que nous commençons.

Gadget 360 : Les entreprises indiennes ont-elles réagi différemment à la pandémie d’après votre expérience ?

Jeffrey Smith : Je n’ai pas observé d’unicité en termes de position des entreprises indiennes sur le spectre des lieux de travail hybrides. C’est assez cohérent avec la réponse mondiale.

Gadget 360 : Quel est votre plan pour le marché indien dans un avenir proche ?

Jeffrey Smith : Notre objectif est de fournir une expérience cohérente à travers les entreprises réparties dans le monde entier. Nous cherchons donc définitivement à offrir une expérience de haute qualité sur le marché indien qui soit cohérente avec les autres régions. Certaines des choses dans lesquelles nous nous spécialisons, comme la robustesse aux dégradations du réseau, ont une plus grande applicabilité dans certains domaines du marché indien. Mais en dehors de cela, nous nous concentrons sur la cohérence entre les régions.

Gadget 360 : Pensez-vous que la bande passante Internet est toujours un défi en Inde ? Que pouvons-nous faire comme solution de contournement au niveau du produit ?

Jeffrey Smith : C’est une préoccupation constante dans plusieurs domaines. Et du point de vue de Zoom, nous essayons d’être aussi automatiques que possible afin que l’utilisateur ou l’entreprise n’ait pas à se préoccuper du réseau en tant que tel. Le défi est qu’il y a toujours un étage (avec une mauvaise connectivité) où il n’est pas possible d’avoir une interaction (visioconférence), mais c’est toujours le cas. Nous faisons tout notre possible pour le rendre aussi automatique que possible. Mais avec le client Zoom Rooms et l’interface, l’équipe informatique n’a rien à faire différemment pour tirer la meilleure expérience possible de ce dont vous êtes capable (en termes de vitesses de réseau).

Gadget 360 : Beaucoup de gens utilisent Zoom parce que, jusqu’à un certain niveau, c’est un service gratuit. Qu’est-ce qui facilite la transition d’un utilisateur gratuit à un utilisateur payant en termes de valeur ajoutée ?

Jeffrey Smith: En général, la valeur de tous ces clients gratuits pour Zoom est énorme. (Il s’agit de) la familiarité qu’ils ont avec la plate-forme lorsqu’ils entrent dans l’entreprise. Et devient le meilleur outil de formation au monde pour les personnes qui ont déjà utilisé l’outil. Ainsi, l’intégration que les clients ont lorsqu’ils amènent leur main-d’œuvre à Zoom devient tellement simple. Nous considérons cela comme un grand différenciateur pour Zoom a une plate-forme que nous avons tant d’utilisateurs qui la connaissent.

De toute évidence, la limite de 40 minutes (réunion) est un défi. Certaines entreprises en sont venues à dire : « Eh bien, nous n’aurons que des réunions de 40 minutes ». Mais vous savez que ce n’est pas faisable pour beaucoup d’organisations. Ainsi, au fur et à mesure qu’ils arrivent (sur la plate-forme), ils ont des besoins plus importants qui font que la transition en vaut la peine.

Gadget 360 : Face aux solutions de conférence audio-vidéo qui existent depuis des décennies, comment Zoom Rooms se différencie-t-elle ? Je sais que la clé est le logiciel, mais quoi de plus ou de mieux en termes de différenciation ?

Jeffrey Smith : En considérant Zoom Rooms comme une offre compétitive, nous l’abordons non pas comme une entreprise de logiciels mais comme une expérience. De l’achat du matériel à l’installation et à la gestion du système matériel et logiciel jusqu’à l’ensemble du cycle de vie, devenez une expérience que l’entreprise doit offrir à l’utilisateur final. Ainsi, nous examinons l’expérience informatique, l’expérience d’installation et de gestion, ainsi que l’expérience de l’utilisateur final, et c’est là que nous nous différencions. Du point de vue de l’utilisateur, c’est un coût nettement inférieur à celui des solutions de visioconférence concurrentes, et du point de vue informatique, c’est la simplicité et la facilité d’utilisation.

Gadget 360 : Zoom Rooms fonctionne-t-il de manière transparente avec n’importe quelle solution de visioconférence déjà en place dans une organisation, ou le matériel recommandé est-il le meilleur moyen de s’y prendre ?

Jeffrey Smith : Cette expérience utilisateur cohérente et cohérente présente des avantages. Lorsque nous nous associons à une entreprise de matériel informatique des appareils Zoom Rooms, il s’agit d’un logiciel matériel-logiciel étroitement intégré. Lorsque nous examinons les clients qui ont besoin de flexibilité pour créer ce système matériel qui s’adapte à leurs environnements physiques, comme une grande salle de formation ou un auditorium, c’est à ce moment-là que nous construisons une plate-forme logicielle flexible qui peut tirer parti du matériel tiers pour résoudre aucun problème.

La vidéoconférence traditionnelle (équipement) utilisant des normes telles que SIP et H.323 que nous pouvons apporter à la plate-forme. Ainsi, quel que soit le matériel dont dispose une entreprise, elle peut utiliser Zoom, et nous pouvons améliorer cette expérience lorsqu’elle opte pour les applications Zoom Rooms complètes.

Gadget 360 : Zoom est responsable de la gestion de ces grandes quantités de données utilisateur. Les utilisateurs veulent à juste titre savoir comment leurs données sont gérées. Pouvez-vous me dire ce que fait Zoom du point de vue de la sécurité des données ?

Jeffrey Smith : Absolument. La sécurité des données et la confidentialité sont inscrites dans l’ADN de notre mode de fonctionnement, à la fois depuis la création du produit ; examiner comment nous développons des fonctionnalités, comment nous les implémentons et comment les données se déplacent, où elles sont stockées et qui y a accès est absolument une préoccupation pour nous. Nous devons servir certaines des entreprises les plus importantes et les plus soucieuses de la sécurité au monde. Donc, pour nous, il est impératif que nous prenions cette responsabilité au sérieux dans tout ce que nous faisons.

Gadget 360 : Pensez-vous que le cryptage de bout en bout deviendra une norme pour garantir la confidentialité des données des utilisateurs ?

Jeffrey Smith : Il présente des avantages dans certains cas d’utilisation et des inconvénients dans d’autres cas d’utilisation. Il y a des fonctionnalités que nous ne sommes pas en mesure d’activer avec le cryptage de bout en bout. Parfois, plus nous appliquons de sécurité à une session particulière, moins nous pouvons être libres et ouverts dans les communications. Je ne prédis pas que toutes les réunions iront dans un sens ou dans l’autre, c’est une évolution au fur et à mesure que nous avançons guidés par nos clients.

Gadget 360 : Supposons un avenir où la pandémie est terminée. Comment Zoom prévoit-il de rester pertinent lorsque les rencontres en face à face ne sont plus un défi ?

Jeffrey Smith : Je pense que notre monde a changé. À propos de l’idée que toutes mes réunions se dérouleront en personne, il y aura beaucoup moins d’organisations qui choisiront de travailler de cette façon. Cette (pandémie) a ouvert les yeux de beaucoup d’organisations sur la capacité d’être productif lorsque nous sommes distribués. Je ne sais pas s’il y aura un jour un retour en 2019. Cependant, lorsque nous réfléchissons du point de vue de Zoom Rooms à la façon dont nous pouvons être pertinents même lorsque nous travaillons tous dans la même pièce – et nous y pensons. assez profondément – et donc, lorsque vous êtes dans une salle Zoom et que vous devez présenter du matériel sur un grand écran, le partage d’écran sans fil, le partage à une touche, la détection de proximité et le tableau blanc – tout cela est extrêmement puissant outils. Et les amener dans les espaces (de bureau) est très important pour nous.


Les téléviseurs AmazonBasics sont-ils assez bons pour battre les téléviseurs Mi en Inde ? Nous en avons discuté sur Orbital, notre podcast technologique hebdomadaire, auquel vous pouvez vous abonner via Apple Podcasts, Google Podcasts ou RSS, télécharger l’épisode ou simplement appuyer sur le bouton de lecture ci-dessous.

.